À surveiller

Projet de loi n°54

Les agronomes ont-ils un intérêt pour les discussions sur le bien-être ou, préférons-nous laisser le champ libre aux autres intervenants?

Le ministre de l’agriculture du Québec a déposé en juin dernier le projet de loi sur le bien-être et la sécurité des animaux. L’orientation du ministre de l’agriculture s’aligne sur une position similaire à celle prise par la France en Janvier 2015 : mise à jour de son code civil en modifiant le statut juridique de l’animal pour reconnaitre sa nature d’être vivant et sensible. Dans les jours qui ont suivi le dépôt du projet de loi, de nombreux organismes des milieux de l’élevage, des animaux de compagnie et autres ont commenté le projet de loi 54. Malheureusement, peu d’agronomes, incluant l’Ordre des Agronomes, sont intervenus publiquement sur ce projet de loi.

Pourtant l’agronome en zootechnie intervient quotidiennement  dans les milieux de l’élevage et des animaux de compagnie: interventions qui ont des répercussions sur la santé et le bien-être des animaux. L’absence de réaction des agronomes étonne grandement surtout en prenant en compte les interventions de l’OAQ dans le projet  de loi (49) qui modifiera, modernisera et précisera le champ de pratique des agronomes.

Ce qui inquiète tout autant, c’est l’apparente absence d’intérêt de nombreux agronomes en zootechnie. En tant qu’intervenant auprès des éleveurs et des entreprises œuvrant dans le milieu de l’élevage, nous jouissons d’un rôle de premier plan dans tous les aspects de l’élevage. Lors de la sanction du projet de loi 54, le premier professionnel qui aura à accompagner les éleveurs et les entreprises est l’agronome. Laisserons nous une part importante de notre champs de pratique être accaparée par d’autres professionnels qui s’arrogent l’exclusivité de la connaissance du bien-être animale? Ma réponse est : non. Quelle est la vôtre?

L’Association Québécoise des Agronomes en Zootechnie collabore avec l’Ordre des agronomes  et participera à ce débat en faisant connaitre sa position à la commission parlementaire sur ce projet de loi qui débute dans les prochaines semaines. Nous aimerions avoir votre opinion sur le projet de loi et comment cela va se traduire au quotidien dans votre travail.

Ce contenu a été publié dans À surveiller. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.